Emmanuel_Verdenet_MastersLUXE


Avec plus de 200 000 entreprises clientes en assurances prévoyance et santé et plus de 6 millions d’assurés, Malakoff Médéric, l’un des premiers groupes de protection sociale français, se veut le partenaire de toutes les entreprises pour les aider à protéger et développer leur capital humain. 
A ce titre, le groupe développe des produits et services innovants afin de conjuguer bien-être des salariés et performance des entreprises. Décryptage avec Emmanuel Verdenet, directeur prévention et nouveaux services.

En tant qu’assureur en santé et prévoyance, quelle légitimité avez-vous à protéger et développer le capital humain des entreprises ?
Notre domaine fondamental de légitimité repose sur la protection sociale des salariés, ils sont près de 5 millions à cotiser pour une protection en prévoyance et santé complémentaire chez nous. Ceci représente, nous l’avons dit, des milliers d’entreprises « employeurs », de toutes dimensions, qui comptent sur nous. Le cœur de notre métier d’assureur est bien d’accompagner au quotidien nos clients afin de les protéger et de les sécuriser contre les aléas de la vie qui pourraient affecter durablement leur niveau de vie et leur bien-être.

Si notre engagement n’a pas évolué depuis près d’un siècle, la manière dont nous accomplissons notre mission est lui en mutation. En tant qu’acteur de confiance de la santé en entreprise, nos clients nous demandent d’intervenir aujourd’hui sur un champ plus large que celui de simple rembourseur de soins. Ils veulent que nous soyons à leurs côtés lorsqu’ils ont besoin de faire des choix éclairés pour leur santé à titre individuel mais aussi lorsque l’entreprise a besoin de réfléchir et d’agir pour le bien-être de ses salariés. Nous traitons là un enjeu stratégique majeur pour l’entreprise : son capital humain.

Concrètement, comment faites-vous pour identifier les besoins des entreprises ?
Au-delà des politiques de santé et de qualité de vie au travail, de nombreuses autres questions se posent autour du capital humain : l’allongement de la vie professionnelle, les nouvelles formes de travail, les nouvelles attentes des salariés, l’évolution des organisations, la transformation digitale des entreprises, la place de l’humain face à l’intelligence artificielle… Pour accompagner la protection et le développement du capital humain des entreprises, nous poursuivons notre politique d’études, d’analyse des tendances, de témoignages d’experts, que nous partageons sur Le Comptoir mm de la nouvelle entreprise.

Comment transformez-vous cette expertise en actions dans l’entreprise ?
Toutes les données que nous avons pu recueillir ainsi que les expérimentations menées auprès de nos clients, nous ont permis de créer une offre de services structurés que nous avons lancée en 2015. Il s’agit d’une démarche appelée Entreprise territoire de santé, qui intègre des services aux garanties d’assurance en santé et prévoyance. Cette approche s’adresse à toutes les entreprises, petites et grandes, à leurs salariés, et aux branches professionnelles, qui sont convaincus que leur compétitivité ne va de pair qu’avec un capital humain performant. Pour faire vivre cette offre, nous avons créé une équipe d’une vingtaine de consultants et de préventeurs qui accompagnent nos clients pour adapter les services à leurs besoins réels.

A titre d’exemple, nous accompagnons aujourd’hui plus d’une centaine de clients sur leur problématique d’absentéisme à partir de leurs données qui nous permettent de construire avec eux des plans d’actions rapidement opérationnels. Nous constatons, aujourd’hui, que les entreprises qui ont bénéficié de ce service, enregistrent une baisse de leur absentéisme de 12% tandis que les autres l’ont vu augmenter de 16%.

Sur quels autres sujets les accompagnez-vous qui contribuent au développement de la performance ?
Nous mettons à disposition des entreprises (et des branches), un outil pour établir un diagnostic complet de la santé et du bien-être au travail de leurs salariés. C’est un excellent moyen pour l’entreprise d’identifier ses propres risques ainsi que les mesures à enclencher en priorité pour les réduire. L’objectif bien entendu, est de mettre en place pour les salariés, des actions de prévention et de dépistage adaptées comme avec nos journées prévention en entreprise qui constituent des moments d’apprentissage et de sensibilisation à la prévention santé. Nous avons également développé un coach santé personnalisé qui s’appuie sur des outils numériques de nouvelle génération et une plateforme téléphonique médicale, totalement sécurisés en ce qui concerne les données de santé personnelles.

Par ailleurs, nous proposons des solutions pratiques et pédagogiques afin d’aider les entreprises, en particulier les TPE-PME, à se mettre en conformité avec leurs obligations légales, parce que protéger la santé et assurer la sécurité des salariés, passe aussi par le respect d’une réglementation conséquente et souvent méconnue. Enfin, nous pouvons être amenés à proposer un programme de retour à l’emploi pour les arrêts de longue durée (+ de 30 jours), un programme de dépistage et de vaccination ainsi qu’une assistance aux salariés (conciergerie, aide aux aidants).

Vous avez décidé de développer un incubateur de start-up en interne, que vous allez piloter, quelle en sera sa vocation ?
Dans la continuité de notre transformation digitale, nous avons choisi de compléter cette démarche par une stratégie d’Open Innovation, permettant d’aller chercher de l’innovation disruptive via la création d’un fonds de 150 millions d’euros dédié à l’investissement dans des start-up. Sa vocation première consistera à détecter à l’extérieur, les moyens de renforcer notre positionnement de protecteur et développeur de capital humain, via de nouveaux acteurs qui peuvent nous apporter de la valeur rapidement.

Sur quels axes allez-vous sélectionner ces start-up ?
Notre regard se portera en priorité sur des start-up de la insurtech, de la healthtech et du HR analytics.

Quels sont, d’après vous, les sujets d’avenir auxquels les sociétés françaises devraient porter plus d’attention dès à présent ?
Avec une transformation digitale galopante, il est fondamental que les entreprises ne perdent pas de vue l’importance d’accompagner leurs collaborateurs qui vont demeurer, quoi qu’il en soit, le moteur de la création de valeur. Dans cet esprit, je suis convaincu de la nécessité de repenser les parcours professionnels et notamment le sujet de la formation. L’entreprise aura aussi le défi de redéfinir sa vocation économique et sociale en repensant la nature des liens qui l’unit à ses collaborateurs. La quête de sens est bien sûr la condition sine qua non de l’engagement.

Emmanuel Verdenet
Directeur du développement de la prévention et des nouveaux services.
Malakoff Médéric
Janvier 2018